dimanche 6 décembre 2015

Comment le renard a-t-il appris à pêcher au loup?

Les villageois avaient estourbi le loup et l’avaient laissé sur le carreau à tel point que celui-ci, pendant des

Source:network.hu
jours, n’osa même pas mettre le nez dehors. Mais une faim terrible le prit, et il fut donc obligé d’aller chercher de la nourriture.

«Si je pouvais avoir maintenant la moitié du poisson que l’autre jour j’avais en trop, j’en serai vraiment très content. Mais une logue méditation ne sert à rien! Dix conditionnels ne valent pas un présent!»

Soudain, il pensa à son compère le renard, et un désir de vengeance s’empara de lui.
«Je vais tout de suite aller chez lui, et je lui ferai la leçon!»

Quand il arriva devant sa tanière, le renard était en train de manger une anguille volée aux pêcheurs. Il vit que le loup, furieux, s’approchait de lui et il se retira un peu plus dans sa tanière. Le loup comprit tout de suite qu’il ne pourrait pas nuire immédiatement au renard, il lui adressa donc la parole très cordialement.

-Compère Renard, qu’est-ce que tu manges?
-Une délicieuse anguille. Je l’ai pêchée, moi-même», répondit le renard.

Une faim irrésistible envahit le loup, et il avait l’eau à la bouche en pensant au bon poisson qu’il avait mangé la dernière fois.

«Comme il serait bon que je puisse attraper un poisson, moi aussi! Ne m’apprendrais-tu pas à le faire?» demanda le loup au renard.
«Tu sais Compère, plus d’une fois j’ai déjà eu l’occasion de constater que personne ne peut compter sur ta reconnaissance! Mais je veux bien te prouver que je te suis un ami fidèle, et je vais t’apprendre à pêcher, comme ça à l’avenir tu pourras en prendre autant que tu voudras. Mais avant de le faire, jure-moi que tu ne mijotes rien dans ta tête!
-Je jure sur la lumière de la nuit que je ne te causerai pas le moindre ennui!» répondit le loup.

Rassuré, le renard sortit de sa tanière et amena le loup au bord d’un lac dont l’eau était gelée. La veille, les pêcheurs y avaient fait un trou dans la glace.

«Alors, maintenant, trempe ta queue tant que tu peux dans l’eau, et tu verras la quantité de poisson que tu attraperas ! Le but est de ne pas faire fuir les poissons. Evite de faire du bruit tant que beaucoup de poissons n’ont pas mordu ta queue!» dit le renard.

Le loup fit ainsi. Il faisait froid, il y avait la pleine lune, le trou dans la glace était sur le point d’être gelé. Au bout d’un certain temps, le renard demanda:

«Compère Loup, aurais-tu déjà attrapé quelques poissons?»

Le loup tenta de lever un peu sa queue et répondit:

«Oui, je crois que j’en ai déjà.
-Garde le silence pour que les poissons ne se sauvent pas!» répondit le renard.

Le loup obéit parce qu’il voulait beaucoup de poissons, et il avait peur de ne pas y arriver.
Après un long silence, le renard dit:

«Compère Loup, maintenant cela suffit, autrement tu ne sauras pas quoi faire de tous ces poissons. Tu sais bien que manger trop, ce n’est pas sain ni recommandé!»

Sur ce, le loup commença à tirer sa queue en se réjouissant de sentir qu’elle sortait difficilement. Il croyait que c’était à cause de la grande quantité de poisson. Quoi qu’il fasse, sa queue ne bougeait plus.

«Attends! Je t’apporte de l’aide!» dit le renard, et il partit en courant dans la direction d’un tas de bois.
Ayant vu le renard, les bûcherons saisirent des gourdins et le poursuivirent. Rusé, le renard tourna les talons, et il retourna à l’endroit où il avait laissé le loup.

«Les bûcherons arrivent pour t’aider à sortir les poissons. Par contre, je te conseille de ne pas en manger beaucoup en une seule fois!»

Là-dessus, il disparut immédiatement.

Le pauvre loup fut attaqué de tous les côtés, de plus, il fut incapable de se défendre. En déployant ses forces, il tenta à nouveau de sortir sa queue de la glace. Finalement, il s’en échappa bel et bien, mais sa queue resta pour toujours gelée dans la glace.

Conte transylvain


Aucun commentaire:

Publier un commentaire