vendredi 22 février 2013

Le jeune farfelu


"Le jeune farfelu",  imaginé par Petra (5ans)
Il était une fois un pauvre paysan. À sa mort, il avait légué un taureau à ses trois fils qui ne savaient pas comment partager l’héritage. Ils se mirent d’accord pour que chacun construise une étable en laissant ainsi le choix au taureau.
Les deux aînés bâtirent des étables si somptueuses que même un curé aurait pu y habiter. Le benjamin, un peu farfelu, fit une étable en branches de bouleau de piètre qualité. Quand ils lâchèrent le taureau, celui-ci rentra directement dans l’étable du benjamin.

Les aînés étaient fort contrariés, mais il n’y avait rien à faire, marché conclu, ils cédèrent le taureau à leur petit frère. Celui-ci jeta une corde au cou du taureau et l’emmena à la foire du village.

Alors qu'il se rendait au village, le vent se leva et fit siffler un vieux saule qui se trouvait sur le bord de la route.
«Oh là là!, pensa le jeune homme, il veut sûrement acheter le taureau!»
Il cria au saule:
«Dis-moi, combien m’en donnerais-tu en échange?»
Mais le saule continua de siffler.
«Ah, je vois, pensa le jeune hurluberlu, il voudrait le taureau sans ses cornes.»

Et là-dessus, il fit tomber les deux cornes du taureau. Mais le saule continua de siffler.
«Alors quoi? Maintenant tu n'as pas l'argent? Ce n'est pas grave, je passerai le prendre la semaine prochaine.»

Sur ce, il attacha le taureau au saule et rentra à la maison où ses frères l'interrogèrent:
«Alors, toi, l'imbécile heureux, as-tu vendu le taureau?
- Bien sûr que je l'ai vendu!
- Et dis-moi, à qui l'as-tu vendu? Parce que je suis certain que tu as été honteusement trompé!», dit le frère aîné en lui cherchant querelle.

«Le taureau est bien là où il est, mon petit bonhomme! Je l'ai vendu à un vieux saule pour quarante forints.», répondit le jeune farfelu.
«Où est l'argent?» demanda l'autre.
«Il va me le donner la semaine prochaine. J'irai le chercher.» répondit le benjamin.

Les deux autres éclatèrent de rire.
«Alors, toi, tu es une bonne poire! Tu l'as tellement bien vendu que tu en auras le prix quand les poules auront des dents!» répondit l'un des frères.

Le jeune farfelu l'ignora complètement. Une semaine après, il alla voir le saule, lui demanda son argent, mais celui-ci ne lui prêta pas attention.
«Je vois bien que tu n'as aucun sens de l'honneur!» dit le jeune hurluberlu.

Il saisit sa hache et frappa un énorme coup sur le saule, qui tomba aussitôt. Le jeune homme regarda de près le trou que cela avait fait et y vit un grand chaudron plein d'argent. Il dit au saule :
«Eh bien, écoute, je prendrai la somme que tu me dois et j'emporterai le reste pour les intérêts.»

Sur ce, il sortit le chaudron du trou, le suspendit au manche de sa hache qu'il lança sur son dos et rentra chez lui. 
À son arrivée, ses frères aperçurent immédiatement le chaudron plein de sous. Ils chuchotèrent entre eux et s'accordèrent pour dire que l'argent serait en meilleure place dans leur poche que dans celle de leur frère farfelu.

Mais le jeune homme avait l'ouïe fine et comprit que ses frères préparaient un mauvais coup. Pendant la nuit, il s'enfuit de chez lui et alla directement au palais royal pour se plaindre auprès du roi.
Le roi avait une fille qui était toujours triste, à tel point que personne n’avait jamais réussi à la faire rire. 

Quand le jeune farfelu exposa sa plainte, elle rit tellement que son rire résonna dans tout le palais. Le roi dit :
«Eh bien, mon gars, je me suis engagé à donner ma fille à celui qui la ferait rire, et je tiens ma parole. Je vais te donner ma fille en mariage ainsi que la moitié de mon royaume et je vais chasser tes frères de ce pays.
-Majesté! Ne les chassez pas! Ils vont travailler à la ferme de Votre Majesté!
-D'accord, d'accord, comme tu le veux!» accepta le roi.

Ils donnèrent un grand repas de noces sept jours durant, pendant lesquels même les chevaux burent du vin. Ensuite, les amoureux s'assirent dans une coquille d’œuf et se laissèrent porter par le courant du Küküllö1. S'ils en descendent, qu'ils soient vos invités!


1 Küküllő, La Târnava  en roumain,  est une rivière transylvaine située en Roumanie.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire