vendredi 19 avril 2013

L'hospitalité au roi Mathias





Conte imaginé par Endre Stankowsky 
Une fois, le roi Mathias allait à la chasse dans une grande forêt. A midi, pendant que le cuisinier préparait le déjeuner, il partit traquer un gibier. Il s'éloigna de ses gardes et se perdit dans la forêt. Il chercha en vain les autres. Il était épuisé quand du fin fond de la forêt, une petite lumière attira  son attention. Elle venait d'une toute petite maison isolée mais très accueillante.

«Alors, pensa-t-il, je vais demander l'hébergement ici pour une nuit!»

Une vieille femme ouvrit la porte.

«Plaise à Dieu, la vieille, dit le roi. Je me suis perdu et je n'arrive pas à retrouver mes compagnons!»

«Plaise à Dieu, mon fils!» dit aimablement la vieille femme.
«Si tu ne les retrouves pas en plein jour, tu retrouveras encore moins ton chemin la nuit. Voici un banc, tu peux y dormir. Mais je n'ai rien à te servir à dîner», dit elle.

La vieille femme sentait bien que son hôte avait l'estomac dans les talons. Elle pluma et découpa sa dernière poule pour en faire une délicieuse soupe. Le roi Mathias était très ému quand la vieille femme présenta devant lui la soupe chaude et savoureuse. Il compta les yeux de gras qui flottaient sur la soupe et il dit à la vieille femme:

«Sache, la vieille que je suis le roi Mathias. Je voudrais te récompenser pour ton sacrifice. Tu as tué ta seule et unique poule pour me faire plaisir. Je te donne autant de pièces d'or qu'il y d'yeux de gras sur ta soupe.
-Oh, mon fils,  ne m'en veuille pas mais je ne t'ai pas reconnu et je ne t'ai pas reçu comme il convient à ton rang.»

Le roi Mathias sortit sa bourse et compta précisément  la somme promise. A ce moment, les gardes du roi entrèrent dans la petite maison.

«Majesté! Nous vous avons cherché partout toute la nuit! Nous nous sommes inquiétés pour vous!»

Tous aperçurent le tas de pièces d'or sur la table. Le roi Mathias leur raconta la raison pour laquelle il donnait une récompense si importante à la vieille femme.

«Alors, pensa le cuisinier, je vais lui faire, moi aussi une soupe avec tant d'yeux que toutes les pièces d'or empilées dans la salle du trésor n'y suffiront pas.»

Dès qu'ils rentèrent au palais royal, le cuisinier se mit à faire une soupe de poule. Quand il la servit au roi, celui-ci en sut tout de suite l'origine et  il entra dans une terrible colère.

«Hé! Cuisinier! Tu as raté ta soupe! Elle est immangeable! Ce n'est que du gras! Va-t-en!»

Le cuisinier dut quitter son poste en faisant triste mine. Il voulait beaucoup d'or mais il n'en eut rien.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire