vendredi 25 octobre 2013

Les trois bons conseils II

Source: hu.wikipedia.org
Alors le pauvre homme devint furieux et il fut très indigné:

«Comment? C’est encore moi qui devrais prêter un cheval au fiancé?» se dit-il.

Il ne savait pas quoi faire. Il se dit qu’il attendrait jusqu’à l’après-midi que les noces se déroulent et après la cérémonie, devant tout le monde, il divulguerait que la fiancée était jadis sa femme. 

Les invités, les fiancés, tout le monde alla à l’église sauf le pauvre homme qui resta seul dans la maison de son voisin. Quand les gens de la noce rentrèrent à la maison, ils appelèrent le pauvre homme pour lui dire qu’il était invité à aller dîner avec eux. Il essaya de mentir, de refuser l’invitation, et de trouver des excuses alambiquées, mais il finit par accepter d'aller  dîner avec les invités.

Quand il entra dans la maison, il aperçut un joli couple en vêtement de noces. Il vit aussi que ce n’était pas sa femme qui était la fiancée. Sa femme était dans un coin et n’arrêtait pas de pleurer. Elle était inconsolable. Le pauvre homme s’approcha d’elle et lui posa la question suivante:

«Brave femme, pourquoi pleurez-vous maintenant quand vous devriez vous réjouir?
-Comment ne pleurais-je pas quand je pense à notre bonheur d’il y a environ vingt-trois ans! Mon mari est parti il y a vingt ans et depuis je suis sans nouvelles. Il n’y a pas de service postal, je n’ai pas pu lui écrire. Il ne m’a jamais rien envoyé, et aujourd’hui, le jour du mariage de son fils, je ne sais pas s’il vit encore ou il est déjà mort», répondit la femme.
Soudain, l’homme comprit que le jour où il était parti, son fils avait deux ans, maintenant il devait en avoir vingt-deux.

«Hier soir, j’ai bien fait de ne pas tirer par la fenêtre. Mon fermier m’a donné un bon conseil quand il me disait que je laisse ma colère du soir au lendemain matin», pensa-t-il.

«Reconnaîtriez-vous votre mari si vous le voyiez?» demanda-t-il à la femme.
«Je le reconnaîtrais même parmi mille parce qu’il avait une énorme cicatrice sur son cou», répondit la femme.

Sur ce, le pauvre homme déboutonna sa chemise et dit:

«Voilà la cicatrice! Je suis ton mari!»
Ils se donnèrent de grandes accolades et ils s’embrassèrent amoureusement.

«Ça alors, je n’ai jamais eu un aussi grand bonheur de toute ma vie! Je vais chercher le pain pour le couper en tranches comme mon maître m’a conseillé de le faire au moment où j’aurais la plus grande joie de ma vie», dit le mari.

Il alla en courant chez le voisin, il sortit le pain du sac, et en rentant chez lui il le découpa. Tout le monde resta bouche bée parce que le pain du pauvre homme n’était pas du vrai pain. A l’intérieur, il était rempli de pièces d’argent.
Ils donnèrent un repas de noces fabuleux. Le pauvre homme et sa famille ne souffrirent plus jamais de la faim. Ils construisirent une belle et grande maison aux jeunes mariés et ils vivent encore aujourd’hui s’ils ne sont pas morts entre-temps.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire